lundi 27 juin 2016

Bienvenue dans la maison du Cancer

Tout franchissement du pont solsticial de l’été se doit d’être accompagné d’une cérémonie à la hauteur de l’événement, suivant un rite providentiel celtique et catholique.

L’an dernier, j’étais au sommet de la pyramide du Roy d’Espagne en compagnie d’un arpenteur, spécialiste de la géographie sacrée de Marseille, cité bâtie comme un Temple solaire.



« Le carré base de cette pyramide indique précisément le Solstice d’été lors de son coucher, et le Solstice d’hiver lors de son lever », m’écrit-il.

Car Marseille est une ville sacrée, absolument et radicalement sacrée. Et « si Tracé il devait y avoir, c’est qu’il avait toujours existé depuis des temps immémoriaux selon le processus d’une chaîne ininterrompue d’Initiés commanditaires ».

Aux innombrables spécialistes de l’axe Saint Sulpice – Rennes-le-Château, je me permets très humblement de mettre en regard un autre axe, au moins aussi important et fondateur : l’axe Saint Victor – Sainte-Baume.

Car nous autres, nous sommes tous bel et bien de cette montagne-là : la Sainte-Baume, définitivement. Nous y vivons ; nous y respirons et nous y vivons.

Cette année, la cérémonie du Feu sacré se tint sur une petite colline de calcaire sur l’île de Ratonneau, en pleine Grèce intensément gauloise.


Et s’il y a bien une chose à retenir dans toute cette affaire, c’est que je suis Cancer ascendant Cancer.

Le gonflement des eaux du Nil.

En synergie rythmique avec mon flux sanguin.

Bienvenue.